Académie du gaullisme

Académie du Gaullisme
Président Jacques Myard
Secrétaire générale Christine ALFARGE
Président-fondateur Jacques DAUER
Aller au contenu

Site officiel de l'Académie du Gaullisme
Fondée par Jacques DAUER
La lettre du 18 juin N°265 mars 2024

REBUS SIC STANTIBUS  
         
par Jacques Myard,    
La France connaît de multiples difficultés économiques, l’Allemagne est en récession, l’Union européenne (UE) connaît des turbulences fortes avec les agriculteurs, mais aucun expert ne recherche les raisons structurelles de cette crise, caractérisée par : - l’inflation  « ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés  » « Les animaux malades de la Peste » La  Fontaine. -la forte baisse  du pouvoir d’achat des salariés, des agents  publics et des retraités.-le coup d’arrêt à la baisse du chômage, qui  remonte,..Lire la suit
L’indépendance,
   entre souveraineté et liberté des peuples
par Christine Alfarge,
« Il  n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre  natale, n’en profitaient pas moralement, matériellement, s’ils ne pouvaient  s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez  eux à la gestion de leurs propres affaires » écrivait Charles De Gaulle. Il adaptait ses orientations politiques selon les  circonstances, la vocation qu’il reconnaissait à la France, le conduisait  dans deux directions, il disait : « Pour  être elle-même, c’est-à-dire indépendante, elle devait garder les mains  libres, ...Lire la suite

         
  

Dispendieux, ce cher président
par Paul Kloboukoff,
Pour analyser la situation économique du pays, on ne peut se passer de regarder dans le rétroviseur à l’aide des statistiques, des comptes publics et des comptes nationaux, dont les délais de production sont plus ou moins longs. Mais, trop souvent, seul le passé récent est l’objet d’attention. C’est pourquoi, je remonte ici jusqu’en 2017 pour souligner des caractéristiques lourdes de la gouvernance de l’actuel président qui ont un impact pesant sur les possibilités de développement de la France dans l’immédiat et dans les années à venir. ...Lire la suite
Le Colonel Passy
           Le maître espion du général de Gaulle
 par Olivier Cariguel,            
André Dewavrin, alias colonel Passy, fut l’un des compagnons de la première heure du général De Gaulle, esseulé à Londres en juin 1940. Son entretien d’embauche, glacial, lui laissa « une effroyable impression ». Jeune polytechnicien de 29 ans, officier d’active parlant anglais, il se vit confier la mission de monter ex nihilo les services de renseignement de la France libre. Tout était à créer. Sans expérience en la matière, il réussit à inventer le futur Bureau central de renseignements et d’action...Lire la suite
DGSE
La fabrique des agents secrets
Jean-Christophe Notin est l’auteur de nombreux ouvrages tant sur la Seconde Guerre mondiale (La Campagne d’Italie, 2002 – Leclerc, 2005), que sur les conflits récents (La Guerre de l’ombre des Français en Afghanistan, 2011 – La Guerre de la France...


Paru le 22 février 2024 "DGSE. La fabrique des agents secrets" de Jean-Christophe Notin.
La DGSE a ouvert ses portes à Jean-Christophe Notin et son équipe. Jamais aucun service de renseignement extérieur de son importance n’y avait consenti.
 
Résumé
Une caserne d’apparence quelconque, à l’est de Paris. Les automobilistes qui empruntent le boulevard Mortier ne la remarquent même pas.
C’est le but. La DGSE n’aime rien tant que la discrétion, pour ne pas dire le secret, gage de la réussite de ses opérations à l’étranger.
Ce livre marque un événement tout à fait exceptionnel. Pour la première fois de son histoire, pendant plusieurs mois, la DGSE a ouvert ses portes à Jean-Christophe Notin et son équipe. Une vingtaine d’entretiens ont pu être menés, à tous les échelons de la hiérarchie, du directeur général aux experts de la contre-prolifération et du contre-terrorisme.
Pour la première fois également, des membres en fonction racontent une affaire majeure qui a tenu la DGSE en haleine durant quinze ans : la traque des terroristes djihadistes au Sahel.
Directeurs, chef de poste, traductrice, interprète images, membres des unités clandestines, tous se sont livrés sur les satisfactions et les servitudes de leurs métiers, avec d’autant plus de franchise qu’ils sont voués à ne jamais pouvoir les confier hors les murs. Ainsi se dévoile le plus grand secret de la DGSE qui n’est pas de savoir où et quand elle opère, mais comment et pourquoi.
 DÉCOUVRIR UN EXTRAIT

Exposition
Musée Charles de Gaulle
12, Place de l’Eglise 86140 SCORBE-CLAIRVAUX

Le maire de Scorbé-Clairvaux, dans la Vienne, nous ouvre les portes du musée Charles de Gaulle, bâti sur son impressionnante collection, l'une des trois plus importantes de France. 5.000 pièces dédiées au grand homme dont un micro de la BBC qui a sans doute servi aux allocutions de Radio Londres ! Lucien Jugé est l’un des trois plus grands collectionneurs français de Charles De Gaulle. Photo de Lucien Jugé à l’occasion des 60 ans de la visite présidentielle du général dans la Vienne en 1963, des 10 ans du musée Charles De Gaulle de Scorbé-Clairvaux.

"La popularité du général de Gaulle passe par la province" nous dit Lucien Jugé, maire de Scorbé-Clairvaux, il poursuit la mission qu'il s'est assigné lorsque, jeune étudiant, il assista aux funérailles du fondateur de la Vème République.
"Ce jour-là, je me suis dit que je consacrerai ma vie à faire connaître la trajectoire exceptionnelle du dernier grand héros français. Jusqu'à présent, je n'ai pas failli à ma promesse".
Le visiteur du musée Charles-de-Gaulle ne dira pas le contraire. A l'intérieur, cinq salles et près de 5.000 documents ayant trait au chef de la France Libre.
Parmi les pièces d'exception, une machine à écrire du QG de Londres et un micro "Marconi" noir qui se trouvait dans les locaux de la BBC pendant la guerre. Un modèle acquis lors d'une vente aux enchères il y a quelques années dans le Périgord.
Pièces et médailles.
Plaques de rues et de l'Appel placardé dans les rues de Londres.
La fameuse machine à écrire de Carlton Gardens, son QG londonien.
© Radio France - William Giraud
Retourner au contenu