Académie du Gaullisme

 Président-fondateur
Jacques Dauer

Académie du Gaullisme
La Lettre du 18 JUIN Vingt- sixième année – n° 206 – Avril 2018
"Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde."
Aller au contenu

          Règlement du concours :
Si l’Appel du 18 juin, ci-après, comportait 2 177 caractères, espaces compris,
cet « Appel du 18 juin 2018 » devra comporter 2 500 caractères, espaces compris.

Pour être accepté, le texte devra être présenté sous la forme suivante :
Caractère : Times News Toman de corps 12, sur Word. Indiquer impérativement en bas de page (elle sera découpée et numérotée afin que le jury n’ai aucun élément d’influence pour qualifier le texte), nom, prénom, adresse complète, numéro mobile (option), adresse courriel et profil (ex. agriculteur, policier, artisan, militaire, étudiant, profession libérale, cadre, enseignant, commerçant, syndicaliste, fonctionnaire, retraité, chômeur, conseiller municipal, député, comédien, chômeur, bénévole, médecin, etc.)

Texte à envoyer à ; acadgaul18juin18@gmail.com
Avant le 18 mai 2018 à minuit (suite du règlement au verso)

Les 3 meilleurs « Appels » par catégorie (21 réponses ayant le même « profil professionnel » ou se situant dans la même tranche d’âges feront l’objet d’une catégorie) puis les 5 meilleurs, toutes catégories confondues, sélectionnés par le jury de l’Académie du Gaullisme, seront diffusés dans La lettre du 18 juin de juin 2018 envoyés par courriel, à tous les participants et aux médias, le 17 juin 2018 ! Les membres du jury seront dévoilés lors de la diffusion des résultats. L’ensemble des réponses (seuls figureront en bas de chaque page les initiales de l’auteur, son métier et le code postal de son lieu de résidence) fera l’objet d’un recueil édité début décembre 2018.

À vous mon Général !
L’Académie du Gaullisme vous félicite et vous remercie à l’avance pour votre engagement et votre contribution « pour la France ! »

-------------------------------

Texte de l'Appel du 18 juin 1940

« Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.
-----------
On sait qu'à la demande du Gouvernement britannique, le texte a été changé, notamment les deux premières phrases d'introduction qui ont été remplacées par :

« Le Gouvernement français a demandé à l’ennemi à quelles conditions honorables un cessez-le-feu était possible. Il a déclaré que, si ces conditions étaient contraires à l’honneur, la dignité et l’indépendance de la France, la lutte devait continuer. »
------------
Certes, nous avons été, nous sommes submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne de l'ennemi.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.
Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte.
Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des États-Unis.
Cette guerre n'est pas limitée au territoire de notre malheureux pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.
Quoi qu'il arrive, la Flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la radio de Londres. »
Général de Gaulle
hh

hh
hh
                                   Dîners-débats de l’Académie du Gaullisme
hh

hh

La Lettre du 18 JUIN n° 206 – avril 2018


hh
LA NATION ET LE SOCIAL, général ou simple exécutant
par Georges AIMÉ
Le concours que nous avons lancé dans le dernier numéro de 18 Juin relève de la volonté de vous faire réagir. Pourquoi ? Parce qu’il nous semble que dans la période étrange que nous vivons une apathie générale s’est installée. En témoigne les très fortes abstentions aux différentes élections partielles et surtout le manque total de réaction devant ce qu’il est convenu d’appeler une espèce de monocratie, Lire la suite...
L’INDÉPENDANCE,  ENTRE SOUVERAINETÉ  ET LIBERTÉ DES PEUPLES
Par Christine Alfarge
Charles de Gaulle écrivait :« Il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement, matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires. » Le Général de Gaulle adaptait ses orientations politiques selon les circonstances, la vocation qu’il reconnaissait à la France, le conduisait dans deux directions,...Lire la suite
AVIONS, TRAINS, CARS, COVOITURAGE…
par Pierre CHASTANIER,
22 mars : grève de la SNCF. Une date qui nous en rappelle une autre, celle du mouvement lancé à Nanterre le 22 mars 1968 par l’ineffable Daniel Cohn-Bendit. Il y a tout juste cinquante ans ! Il parait que les Français sont favorables à la suppression du statut des cheminots.Pas étonnant au pays de l’Égalité qui refuse de voir d’autres inégalités infiniment plus choquantes et qui en veut à la SNCF Lire la suite...
NAISSANCE, VIE ET MORT DE LA RICHESSE NATURELLE
Par Marc Dugois
La richesse est ce que l’homme trouve beau ou bon et elle est matérielle quand elle est palpable. Elle est le regard satisfait que l’homme porte sur sa production ou sur celle de la nature. Mais comme tout ce qui est humain la richesse naît, vit et meurt et comme pour tout ce qui est humain, nous nous intéressons plus à sa naissance dont nous nous réjouissons qu’à sa mort que nous redoutons ... Lire la suite

CEVIPOF : DES FRANÇAIS DÉFIANTS, MAIS PAS SI RÉSIGNÉS
par Hélène NOUAILLE
Alors, ce « monde nouveau », annoncé par toutes les gazettes après les élections de mai dernier en France, est-il advenu ? Les Français ont-ils retrouvé confiance dans leur système politique, dans les hommes qui l’incarnent, dans leurs institutions – et dans ceux qui l’informent ? Quelque chose a-t-il changé qui permette de célébrer l’enterrement de « l’ancien monde » ?Nous attendions avec impatience ....Lire la suite
LAÏCITÉ
par Alain DUMESNIL
Chaque jour, l’ensemble de la presse, le monde politique et législatif, les associations cultuelles nous expliquent avec acharnement la façon « correcte » de comprendre le mot « laïcité ». Quel est leur but ?  D’autant qu’ils sont tous différents !… Je comprends de moins en moins cette volonté à vouloir me faire modifier mon comportement, ma façon d’être et le mode de vie qui m’a été enseigné... Lire la suite

MIEUX VAUT MOINS DE RÉFORMES, MAIS DE BONNES RÉFORMES
par Paul KLOBOUKOFF
Pas mal de promo et d’autosatisfaction sur les performances brillantes de notre économie depuis qu’Emmanuel Macron est président et « a donné un nouvel élan » au pays ! Une croissance de + 1,9 % en 2017, « du jamais vu depuis 10 ans », un déficit public passé sous le seuil fatidique des 3%, descendu, même, à 2,6 %. Grace à un effort de « diminution des dépenses publiques ». Voilà le côté pile de l’info...Lire la suite
aaa
Retourner au contenu